Oaxaca

Du 10 février au 13 février 2020

Juste après une petite semaine de repos, quoi de mieux qu’un trajet de nuit que nous qualifierons de  »pire trajet de notre vie » ? La route entre Puerto Escondido et Oaxaca était sinueuse comme des routes de montagnes. Mais le pire était que notre chauffeur s’est pris pour un pilote de rallye et la route en avait l’état… Résultat des courses, j’ai dormi 2h30 et Pauline à peine 4h grâce à un hamac de tête, ingénieusement élaboré avec mon écharpe pour se la stabiliser.

Dans la ville

Le jardin botanique

Le premier jour est assez laborieux vu la nuit. Mais nous nous motivons pour visiter le Jardin Botanique de Oaxaca situé derrière le couvent pour 50 pesos par personne. Il rassemble des plantes de tous types et sur 2 types de terrains : sec et humide. Le but est de préserver et de pouvoir faire découvrir la diversité de la flore de la région. En particulier de magnifiques cactus que Pauline avait bien envie de ramener en France (heureusement qu’on n’a pas terminé le tour du monde !!).

La visite est obligatoirement avec un guide : à 10h, 12h et 16h.

Les marchés

Mercado organicó la concecha

Situé dans une petite cour, ce marché est idéal pour boire un coup mais pas pour y manger car le rapport qualité-prix n’y est pas du tout (le ceviche nous fait penser à une boîte de thon).

Mercado central

Comme son nom l’indique, c’est le marché central de la ville. Johann en a profité pour goûter les « chapulines » que l’on voit à chaque recoin. Il s’agit de criquets comestibles plus ou moins gros, frits dans l’huile et assaisonnés avec du piment, de l’ail et du citron. On avoue que c’est pas la meilleure spécialité de Oaxaca, mais elle est proposée aussi dans les restos, avec un guacamole par exemple…

Les restos

Los Pacos

Un restaurant chic de la ville où Johann a dégusté les 7 types de moles existant. Le mole est une sauce typique de la région et un grand classique de la cuisine mexicaine. Cette pâte marron très foncé est faite à base de piments séchés et grillés, de graines grillées que l’on moud ensemble. On ajoute du chocolat noir amer en cours de cuisson pour obtenir cette pâte consistante.
Il peut être noir, jaune et vert. Le noir est sucré (le plus écœurant pour nous, avec le chocolat), le jaune aigre douce un peu pimenté et le vert est salé, acidulé et frais (notre préféré). Le prix va avec ce genre de lieu soit 300 pesos la dégustation. On a fait un peu tâche dans le décor puisque nous sommes arrivés au restaurant avec tous nos sacs et j’étais en short de sport et tongs.

Manger dans la rue

Depuis le début, je parlais à Johann des quesadillas aux fleurs de courgettes et impossible d’en trouver sauf ici; elles sont à chaque coin de rues. Ce sont de loin les meilleures pour moi ! Et dans la rue, on peut goûter toutes sortes de tacos, à des prix imbattables.

Les mercredis dansants

Nous avons assisté à cet événement qui se passe tous les mercredis de l’année à côté de la cathédrale. Cette fois-ci, ce fut particulier car les danses étaient sur le thème de la Saint-Valentin. Les couples de danse étaient vêtus de rouge et de blanc avec une rose rouge pour la femme.

Dans les environs

Hierve el agua

Un petit bijou de la nature situé à environ 70km de Oaxaca.

Ce sont des cascades d’eau pétrifiée formées pendant des milliers d’années grâce à une concentration forte en carbonate de calcium. Les cascades sont comme d’énormes stalactites. L’eau présente des magnifiques nuances de verts et il fait bon s’y baigner car la température varie de 22 à 27°C.

Une petite cascade de 10m de haut contient plusieurs couleurs en raison des minéraux qui la compose. Elle nous a fait penser au puente del Inca à côté de Mendoza en Argentine. Le jaune pour le soufre, le vert pour le cuivre, le rouge pour le fer et bien sûr le blanc pour le calcium.

Dans certains se trouvent des sources d’eau gazeuse qui font penser à une eau en ébullition, ce qui a donné le nom de  »hierve el agua » au lieu (l’eau qui bout).

Transports : Pour y aller, il nous a fallu prendre un taxi jusqu’au stade de baseball, prendre un bus jusqu’à Mitla ou un taxi collectif. Dernière étape : prendre le colectivo 4×4 à Mitla (genre bétaillère). Le tout, nous a pris 2h dont 45min de trajet sur de la terre battue.

Mezcaleria

Nous nous arrêtons sur la route du retour des cascades à une mezcaleria, une fabrique de mezcal. C’est un alcool fort allant de 40 à 55°, issu de l’agave. D’ailleurs son nom signifie  »Agave cuite au four ». L’agave sert également à faire de la tequila mais sa production est beaucoup plus industrielle que le mezcal, qui reste traditionnelle.

Le processus de fabrication du Mezcal

La récolte et la cuisson

  • Il faut récolter la variété falcata de l’agave.
  • Mettre les feuilles de côté car c’est le tronc qui sert à la fabrication du mezcal.
  • Le tronc peut peser jusqu’à 100kg et il est appelé  »piña » en raison d’une ressemblance avec l’ananas.
  • Ensuite, on met le feu au bois placé au fond d’une fosse conique d’environ 3 mètres de diamètre. Le type de bois peut faire varier le goût final du mezcal.
  • On recouvre le feu de pierre volcanique.
  • Une fois les pierres chaudes, on place les  »piñas » dessus.
  • On recouvre des feuilles d’agave pour faire une cuisson à l’étouffée puis repose pendant 1 semaine.

Le meulage et la fermentation

  • La préparation est broyée sous une meule de pierre.
  • La pulpe est ensuite récupérée et entreposée dans des cuves en bois recouverte de tissu épais durant 2 à 4 semaines.

La distillation

Pour récupérer l’alcool, on fait brûler la pâte qui va passer dans un alambic en cuivre cheminant dans de l’eau froide avant de délivrer le mezcal dans un récipient.

Et enfin, le moment préféré de la visite pour Johann : la dégustation. L’employé a commencé par faire goûter le plus jeune, puis a proposé des mescal plus vieux. Au total, ce sont 9 mescals qu’il aura testé, sur le retour, la route n’était plus si droite…

Transports : Sur le chemin du retour, nous avons pris le colectivo depuis Mitla et nous avons demandé au chauffeur de nous laisser devant la mescaleria « El Rey de Matatlan »

Monte Alban

Situées à 20min de Oaxaca, ces ruines aztèques méritent d’être vu. On s’y est pris au dernier moment et nous n’avons pu passer qu’1h15 sur place mais 2h serait bien mieux pour prendre plus le temps de visiter.

La civilisation aztèques est la plus ancienne des civilisations pré-colombienne et s’étend de -300 à 800 après JC. Leurs rites et leur façon de vivre présentent des similitudes avec celles des Incas et des Mayas. Ils sont polythéistes, font des cérémonies avec et sans offrande, les puissants habitaient en haut des pyramides.

Transports : Depuis Oaxaca, on a été dans la rue Francisco Javier Mina, vers l’hotel El Quijote. De là, plusieurs compagnies proposent de faire le trajet.


Une réflexion sur “Oaxaca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s