Holbox, une île parfaite pour se poser

Du 22 au 25 Janvier 2020

On avait pas mal entendu parlé d’Holbox (prononcé Holboche) comme une île paradisiaque, alors on s’est laissé tenter.

Un de nos spots préféré sur ce road trip. On s’est reposé 3 jours avant que mes parents repartent en France après tous ces km avalés.
Cette petite île est encore épargnée par le tourisme de masse même si les constructions en cours montrent que l’offre se fait plus grande pour pouvoir accueillir toujours plus de monde. Nous n’avons pas vu tant de touristes que ça, peut être dû à la période, mais nous ça nous va comme ça.

Bioluminescence.

Ils vendent tous des tours pour aller observer ce phénomène naturel ou le plancton s’illumine lorsqu’il est dérangé. Mais pour nous, cela ne vaut pas la peine de prendre un guide pour aller l’observer.

Comment y aller : Il suffit de marcher (ou de prendre un taxi) jusqu’à la plage Punta Coco et de s’approcher du côté lagune. Le phénomène se voit beaucoup mieux lorsque la lune est quasi inexistante et en juin/juillet où le simple mouvement des vagues permet de le stimuler et de l’illuminer sur le sable.

Chiller.

C’est l’activité principale sur l’île. De nombreux hôtels ou restaurants proposent des hamacs ou chaises longues pour bronzer et profiter de l’eau turquoise.
D’ailleurs, depuis la plage, on a pu observer des dauphins au large !

Regarder les couchers de soleil

On adore les couchers de soleil, et bien là, on a été servis ! Des couleurs orangées, roses sur un océan à perte de vue 😍

Se promener.

Ça, on l’a surtout laissé à mes parents. Ils ont été de la plage jusqu’à l’embranchement de la lagune, à droite de l’île. Ils voulaient aller jusqu’à Punta Mosquitos, mais il faut prendre un guide pour entrer dans la réserve naturelle.
Ils se sont baladés un peu sur toute la partie de l’île qui est accessible.

Les autres activités possibles :

Celles que nous n’avons pas faites mais qui sont sur l’île. Il y a quelques tours proposés mais ça reste un peu cher selon nous.

  • Faire de la pêche au gros
  • Un tour des 3 îles aux alentours
  • Faire du snorkelling, il faut aller assez loin avec le bateau pour trouver des coraux.
  • Nager avec des requins-baleine (seulement possible à une certaine période)
  • voir le phénomène de bioluminescence (peut se faire sans guide)
  • Kitesurf (tellement cher)

Un paradis, mais pas sans défaut

La gestion des déchets

L’île attire beaucoup de touristes, des efforts sont faits, mais lorsqu’on s’éloigne un peu des plages, on remarque une énorme déchetterie. Il y a une nécessité urgente d’évacuation des déchets domestiques, car ici comme partout ailleurs c’est la décharge sauvage qui prévaut. On voit souvent des mexicains (comme partout en Amérique Latine) jeter des déchets directement dans la nature, mais au Mexique, il n’y a pas d’éducation pour le tri sélectif ou de respect de l’environnement. Il est rare de voir des poubelles à chaque coin de rue.
Cette remarque est aussi valable pour la majorité du pays, mais il est plus constatable sur cette île, du fait de sa petite superficie et du stockage en attendant les transferts en bateau pour le continent.

Les sargasses

Nous n’avons pas eu trop de chance car en ce moment il y avait pas mal de sarguasses, ces algues rouges qui se développent à une rapidité folle. Elles sont un signal d’une pollution par l’activité humaine, un fléau qui se situe sur toutes les côtes des Caraïbes, comme à Sian Kaan.
Elles sont toxiques pour certains poissons, les tortues et les limules (kabuto pour ceux qui ont la référence Pokémon). Elles sont ramassées au bord de la plage mais il en reste quand même dans l’eau donc ça n’invite pas trop à la baignade à certains endroits. Par exemple, la plage de Punta Coco semble un peu épargnée par ce phénomène.

Une île sans voiture ?

Nous avons choisi nos pieds comme moyen de locomotion avec mule personnelle

Avant peut être, mais plus maintenant. Il y a certes beaucoup de vélos sur les routes de sable, mais aussi beaucoup de golfettes à essence et quelques camions pour les constructions… Mais celles qui font le plus de bruit et de pollution sont certainement les voitures de golf. C’est un peu le concours de qui aura les plus grosses roues, la plus haute, même si certaines ne sont pas modifiées.

Les restos :

  • La chingada pour manger un ceviche frais, des litres de jus ou des tacos de poissons à des prix défiant toute concurrence sur l’île.
  • Boire un verre sur la plage à l’hôtel Zomay pour le coucher du soleil.
  • El Taco Quetome, à côté de la place centrale pour des tacos énormes et à bon prix
  • La Aroma, 200 pesos l’accès à la piscine, mais le montant est décompté de la note si l’on consomme donc le mieux c’est d’aller boire un verre ou manger et avoir l’accès à la piscine.

Transports : nous avons déposé la voiture à l’un des nombreux parking de Chiquila. Ne pas s’arrêter au premier, il y en a jusqu’à 20 mètres du quai et qu’ils ont tous les mêmes prix : 50 pesos les 12h ou 100 pesos les 24h.

De là, on a le choix : le ferry ou le speed-boat sachant que les deux sont au même prix de 200 pesos. La traversée dure 20 minutes.

Petit récap :


4 réflexions sur “Holbox, une île parfaite pour se poser

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s