Bacalar, une vie paisible en bord de lagune

Du 26 au 30 janvier 2020

Encore épargné par le tourisme de masse, peut être parce qu’il faut 3h de route depuis Tulum. Mais nous on était très contents de trouver un lieu magnifique loin de l’agitation de la mer des Caraïbes. En effet, Bacalar est un petit village en bord de la Lagune aux 7 couleurs : 7 nuances de bleus/vert en fonction de la profondeur.

Ici, on prend son temps, on flâne et on aime bien ça. On apprécie aussi de se baigner dans de l’eau douce, turquoise et chaude !

Nous avons passé le plus clair de notre temps au restaurant  »La playita ». Il dispose d’un ponton où l’on peut bronzer et profiter de l’eau claire après consommation. C’est vraiment génial de se baigner dans une eau douce. On a craqué sur leur volcano de chocolate : un fondant au chocolat avec une glace vanille maison 😍.

Tour en lancha sur la lagune.

On a retrouvé Nina et Jp pour deux jours avant leur retour en France. Le premier soir, on a voulu aller faire un tour de lancha. Mais étant 17h, le capitaine nous dit qu’on devra rentrer plus tôt que les 3h prévues à cause de la nuit, et au même prix (250 pesos). Après négociation, on arrive à payer 150 pesos (il voulait surtout pas perdre 4 clients d’un coup). Mais au final, on est doublement gagnants car on a assisté à un coucher de soleil sur la lagune, depuis le bateau ou dans l’eau : le rêve ! Le capitaine, nous a amené voir différents cenotes dans la lagune, on a fait un stop baignade près du cenote esmeralda et un dernier plouf au canal des pirates. Deux endroits où l’eau était transparente et nous arrivait aux hanches. On a vu qu’il était aussi possible de s’approcher un peu plus des mangroves pour faire une exfoliation avec le sable mélangé a la terre, mais cela a récemment était interdit (et tant mieux) car cela modifie l’environnement.

A la vue de tant de nuances de bleus, on comprend le nom de la lagune. Et les cenotes sont différents de ceux qu’on a vu par le passé : ils sont submergés par la lagune, donc on passe au dessus de zones presque noires et le capitaine nous dit qu’il y en a qui fait 170m de profondeur 😱. C’est le cenote Negro, aussi surnommé cenote de la bruja, soit la sorcière car il y en avait une qui vivait là auparavant, nous disait le capitaine.

En avant première : un show du cirque du soleil, jamais sans fail !

Los Rapidos.

C’est un restaurant plus au sud de la lagune qui dispose d’un accès privilégié sur un canal où les courants sont assez forts. On paye 100 pesos pour entrer et bénéficier des installations : hamacs, transats et courant d’eau. Les garçons ont essayé à contresens et bien ça n’a pas l’air facile ! C’est beaucoup moins exigeant et plus rapide quand on se laisse porter. Ici aussi l’eau est turquoise et transparente, un régal pour les yeux.

On découvre de près les stromatolithes que l’on voit sur des affiches un peu partout dans le village. On dirait des pierres mais en fait, ce sont des êtres vivants de plus de 10 000 ans ! Ils produisent de l’oxygène et capturent le C0² à travers la photosynthèse. Il est donc préconisé de ne pas les toucher car la partie vivante se situe sur les 5 premiers cm de « roche » et sont assez sensibles.

Les bains publics.

Ce sont des pontons en libre accès qui sont le long de la lagune. Ils ne sont pas indiqués donc il faut être assez vigilants quand on passe devant un portail. Nous en avons trouvé un, un peu par hasard, en revenant vers le centre ville. Quand on descend de la place centrale vers la lagune, il est juste en face, derrière le resto  »Catch ». Il n’est pas très grand mais a 4 balançoires et l’eau n’est pas profonde : environ 1,30m.

Les restos :

  • Les marquesitas qu’on peut trouver à chaque coin de la place centrale. Leur favorite : nutella + fromage rapé. Et bien c’était pas notre préférée. Mais on s’est rattrapé en goûtant à une marquesita dans (presque) chaque ville…
  • La Playita pour leur humus du tonnerre, leur volcano (fondant au chocolat) et tous le reste de la carte aussi. On peut profiter du ponton le reste de la journée.
  • Enamora : pour les petits déjeuners complets et un tant soit peu européens. Ça fait du bien après tout ce temps loin de la maison
  • El Manati : pour des petits déjeuners avec de la cuisine mexicaine revisitée
  • El Socio : pas testé mais recommandé par notre hôte pour manger de super tacos ! En face il y a un resto qui fait l’angle et qui vend de la nourriture libanaise version mexicaine, un régal !

Transports : depuis l’aéroport de Cancun, on a pris un ADO (compagnie principale du Mexique) jusqu’à la station centrale puis un autre bus jusqu’à Bacalar. On a mis 5h30 contre 4h en voiture.

Petit récap :


5 réflexions sur “Bacalar, une vie paisible en bord de lagune

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s