Bogota

Du 8 au 10 janvier 2020

Nous ne sommes pas fans des grosses villes mais celle ci nous a montré qu’on a peut être eu tord de rester si peu de temps. Il y a beaucoup de choses à faire, assez pour y rester 4/5 jours.

Le centre ville

A peine arrivés, nous avons filé à Décathlon. Oui oui, un Décath à Bogota. Bizarrement on avait l’impression d’être un peu à Dysneyland ! Mais par contre on s’est rendu compte que la qualité n’est pas la même qu’en France, plus basse et avec les même prix que chez nous.. Dommage mais on repart quand même avec une paire de chaussure pour Johann et des chaussettes, après de mystérieuses disparitions au cours des machines à laver…

Ensuite, le taxi qui nous a amené au centre ville nous a conseillé un resto traditionnel : « el mejor ajiaco del mundo ». Et il est vrai que c’était bon. Il s’agit d’une sorte de soupe de pommes de terre avec des légumes et du poulet, servi avec du riz et un avocat à coté. Le soir, on mangera juste à coté, Johann a testé la bandeja paisa, un plat riche en protéines (et en gras) !

On en profite pour aller sur la place principale, c’est joli mais il faut aimer les pigeons !!! Ils sont partout et il y a quelques personnes qui proposent d’acheter du mais pour leur lancer, donc pas bêtes, ils restent tous ici.

L’émeraude : pierre de la Colombie

On s’est baladé dans le centre ville de bijouterie en bijouterie pour trouver LA bague parfaite. On en voulait une avec une émeraude : pierre emblématique de la Colombie, car on se pacse en rentrant.

On a appris à reconnaître une pierre de bonne qualité, à négocier les prix. Les pierres les plus chères rassemblent les 3 caractéristiques : brillance, couleur vert bleu profond et pureté (pas d’autres minéraux). Le prix dépend aussi de la taille et de la forme. Les émeraudes Colombiennes sont reconnues pour avoir une exceptionnelle brillance et couleur, en plus de proposer une grande variété de formes. On a donc trouvé des pierres allant de 5€ à des milliers d’euros.

On a trouvé notre bonheur, au coin d’une ruelle après négociation (oui on négocie tout maintenant, on s’est fait aux coutumes de l’Amérique Latine).

La cathédrale de sel – Zipaquira

Plusieurs personnes nous ont conseillé cette cathédrale si nous allions à Bogota. Situé à une heure et demi de transport du centre, nous lui avons dédié une journée. On est arrivés pour midi, on a trouvé un petit resto avant de visiter. C’est parti pour s’enfoncer dans les anciennes mines de sel pour découvrir la cathédrale. Au moment où on va chercher les audios guides, un guide en espagnol partait avec un groupe auquel on s’est joint.

  • C’est la deuxième cathédrale catholique, la première était trop près de la couche végétation et l’eau s’est infiltré dedans, la détruisant. Celle ci a été faite après un concours d’architecture à Bogota. Elle a donc été construite à 180m sous terre, sous une colline et c’est l’unique cathédrale au monde sous terre
  • Avant c’était une mine de sel. Les mineurs sortaient des blocs de sel /pierre avant de arriver à l’usine pour la laver. Ils ont sorti à peu près 100000000 de tonnes de sel.
  • Beaucoup de croix taillées in situ : dans la mine directe, sur la roche. 
  • Dans cette pierre de sel, on trouve 35 types de minéraux comme la pyrite (le faux or).
  • Seulement une femme participa a la construction de la cathédrale.
  • Le sel était un vrai pouvoir. Il valait plus de l’or pour certaines cérémonie car le sel conserver les aliments, donc peuples pouvaient manger, étaient plus forts, gagnaient les guerres.
  • Le mot salaire (« Salario ») vient du sel car avant les employés étaient payée avec des blocs de sel
  • Les mines de sel dégagent du soufre et son gaz est venimeux. Aujourd’hui il y a des détecteurs et petits tunnels d’aération. Avant, ils amenaient un oiseau (plus fragile que les humain) dans les mines et quand il mourrait, il fallait sortir car la présence de gaz était trop forte
  • La mine comprend 3 étages de mines et 180 galeries, et la cathédrale en occupe seulement 14.
  • Tout est fait avec de la pierre salée. Si on met eau douce, ça font. Pour avoir le sel, ils injectaient de l’eau douce à haute pression, ça faisait un trou d’eau salée et pouvait ramasser les blocs.

Voilà, on sort un peu plus cultivés de cette activité, mais on est quand même un peu déçus que la visite soit autant orienté autour de la religion. Cela nous attire pas tellement.
On a aussi marché dans le village de Zipaquira, qui est très mignon !

Voilà quelques photos de notre visite.
Bogota aura été une belle découverte, mais nous ne sommes pas resté assez longtemps à notre gout. Mais on la quitte pour retrouver un pays que j’affectionne particulièrement et aussi ma maman et mon beau père !! C’est parti pour quelques heures d’avion, direction Cancun pour 15 jours en leur compagnie. On a hâte !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est sign_pauline.png


Une réflexion sur “Bogota

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s