Arequipa et sa région

Du 19 au 27 Novembre 2019

À la base, elle était appelée  »Ciudad de los Blancos » (ville des blancs) en référence aux Espagnols qui y vivaient. Mais au fil des années, des tremblements de terre, aux éruptions volcaniques, aux reconstructions, la ville s’est reconstruite avec des blocs blancs et c’est devenue la  »Ciudad Blanca » (ville blanche).

La ville

Convento Santa Catalina

À peine arrivée, nous nous rendons au couvent Santa Catalina, fondé en 1570. On a opté pour la visite guidée en français et c’était presque indispensable car le monastère ne comprend aucune explication écrite. Une heure à suivre un petit parcours ponctué d’explications et d’anecdotes autour de cet incontournable d’Arequipa.

Il fait environ 20 000m2, et est considéré comme une ville dans la ville. À l’heure actuelle, 16 000 m2 sont dédiés à la visite, le reste sert pour les 20 religieuses qui ont choisi cette vocation. Auparavant, les familles aisées envoyaient une de leur fille au couvent pour avoir une personne dédiée à prier pour eux. Elles étaient souvent jeunes à leur entrée, vers 12ans, mais elles pouvaient retrouver une cousine ou une tante à l’intérieur. Un lieu coloré mais aussi tout plein de secrets que nous apprendrons lors de la visite, mais aussi certains tabou qui nous seront divulgués lors du free walking tour d’Arequipa comme des nouveaux nés retrouvés emmurés ou des sœurs intégrées de force au couvent.

Musée des sanctuaires Andins

Musée des pièces retrouvées lors de 2 expéditions en 1995 sur le volcan Ampato, culminant à 6200m. Ce fut à la suite de l’éruption du volcan voisin qui a fait fondre le glacier de 50m d’épaisseur. Dans la culture Inca, les montagnes et son environnement étaient considérés comme des êtres vivants. Si bien, que lorsque qu’une catastrophe climatique arrivait, il fallait faire une offrande au(x) dieu(x) pour calmer leur(s) colère(s).

Pour la cérémonie, le chaman, ses assistants et le/la futur(e) sacrifié(e) gravissent sur la montagne. Une fois arrivée, le processus peut enfin commencer. La personne sacrifiée était un-e enfant noble d’environ 12-13 ans, désigné-e dès la naissance pour être potentiellement une personne pouvant un jour avoir un lien  »privilégié » avec les dieux. Durant la cérémonie, l’enfant était installé dans des habits précieux en position fœtale avec des pièces tout autour de lui qui l’accompagneront dans son voyage. Avant d’être sacrifié, il boit une potion hallucinogène (alcool et drogues) afin que le coup fatal sur la tête soit  »sans douleur ». Toutes ces explications nous ont été données par la guide et c’était vraiment cool. Des histoires intéressantes mais parfois effrayantes.

La  »pièce » maîtresse du Musée est une jeune fille de 12-13 ans se prénommant Juanita, venant du prénom de l’archéologue américain Johan, se disant Juan en Espagnol, qui a été féminisé. Elle a été retrouvé dans un état de conservation impressionnant grâce à la glace. Juanita n’est exposée que 6 mois de l’année, les 6 autres, c’est Sarita, une autre jeune fille retrouvée congelée. Environ 14 enfants ont été retrouvés à ce jour sur les hauteurs de ces volcans. Une nouvelle expédition était en cours, quand nous étions à Arequipa.

Cours de cuisine

Sur conseils de JP et Nina, nous avons pris un cours de cuisine au restaurant d’Arthur, avec le chef du même nom. Il a passé quelques mois à Lyon vers 2006 mais parle très bien français.

Nous n’avons pas été déçu, au programme : ceviche et lomo saltado végétarien et à l’alpaga. Nous avons appris quelques subtilités pour faire la cuisine de façon plus pratique et plus rapide. Étant donné la forte communauté asiatique, certains plats typiques du Pérou ont une note asiatique, comme le lomo saltado. Il s’agit d’un filet (peu importe la viande) saisi avec une réduction à base de sauce soja, vinaigre de vin et pisco.

Restaurants

Évidemment, on ne pouvait pas passer à côté des bons restaurants… Il y en a pour tous les goûts. Du petit café au restaurant de produits frais en passant par le marché et la cuisine chinoise.

Nos favoris

  • La despensa : boulangerie française
  • Ratatouille : resto français, l’entrecôte bleue a ravi Johann. Chose assez rare ici, car ils mangent la viande bien cuite et que le cuisinier a demandé au serveur ce qu’est ce type de cuisson.
  • On the top : pour boire un verre en terrasse sur la Plaza de las Armas
  • Le marché pour le queso helado de doña Rosa : une recette de lait, cannelle, coco et sucre, le tout glacé. Le meilleur d’Arequipa ! Et aussi la chicha Guiñapo : du jus de mais fermenté, légèrement pétillant.
  • Dulce tía : pour des sandwichs au pain de patate, parfait pour le trek du colca.
  • Mi Kcao pour du chocolat 🤤
  • La picantería  »la Capitana » : des spécialités locales telles que le cuy (cochon d’Inde)

Nous avons la chance d’avoir pu boire un verre avec Marine, une amie naturopathe à Lyon qui passe 2 semaines dans le coin. Ça fait plaisir de voir une personne que l’on connaît !

Hôtel Selina

Pour une fois, nous nous sommes fait plaisir sur l’hôtel ! Grand luxe : bibliothèque, jardin, salle de cinéma, piscine, cours de cuisine, yoga… Et tout ça pour 27€ la nuit! Ça change du standard habituel où nous essayons de trouver des nuits autour de 14€…

Ruta del sillar

Entourée de volcans, Arequipa a été reconstruite à plusieurs reprises, également du fait des tremblements de terre.

On a visité la cantera : c’est le lieu où les maîtres canteros travaillent la pierre volcanique. Cette pierre blanche est assez poreuse et donc a été choisi pour reconstruire la ville car elle a de multiples fonctions : elle absorbe les ondes pour réduire les effets des tremblements, elle absorbe l’humidité, elle protège de la chaleur et est facile à modeler.

Auparavant, plus de 500 maîtres artisans travaillaient sur ce lieu. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 25, tout en gardant le savoir faire ancestral. Les blocs de pierre sont taillés à la main, à l’aide d’outils, pour être transformés en blocs : ils deviennent alors des « sillars »

A quelques kilomètres de là, se trouve une quebrada (fissure dans une colline) avec des pétroglyphes de la culture Wari. Une matinée organisée par notre hôtel qui nous permet d’en apprendre encore plus sur la ville.

Free walking tour

Un tour de 2h30 environ où l’on parcourt une partie de la ville. Nous sommes passés par « Mundo Alpaca », un musée boutique où est expliqué le processus de fabrication des vêtements, de la récolte de la laine, au tissage. La guide nous fait découvrir des adresses qu’on aurait aimé connaître plus tôt, comme un bar sur un toit ou le Mi Kcao. C’est un petit bar où on a mangé le meilleur brownie depuis le début du voyage et un chocolat chaud au lait de coco à tomber. Sur le toit d’un bar de la place centrale, on a pu prendre une photo où le volcan Misti apparaît entre les deux tours de la cathédrale.

Le canyon de Colca

C’est le deuxième canyon le plus profond au monde, devant le grand canyon aux USA.

Cabanaconde

Village étape, après 5h30 de bus depuis Arequipa où nous nous restaurons avant de se poser avant le départ de demain. Nous trouvons aussi un très bon petit restaurant qui fait des plats très bons, et des sandwichs énormes, idéal pour la rando (dulce tía).

Llahuar

Après 11km kilomètres de marche avec 1000m de dénivelé négatif, nous arrivons à Llahuar. Cette descente aura eu raison des genoux de Pauline. C’est un petit paradis avec des piscines thermales naturelles à une trentaine de degrés, au bord de la rivière du canyon. Le cadre de la balade et de ce lieu sont vraiment incroyables.

Étant donné l’état des genoux de Pauline nous ne continuons pas le trek prévu sur 3 jours et nous rentrons en minibus à Cabanaconde. Ce qui m’a arrangé aussi car la remontée s’annonçait costaude. Mais c’est pas grave, on est arrivé là où on voulait et on crapahute déjà pas mal de manière générale. Et surtout, ce n’est pas une course.

Cruz del condor

Pour notre dernière matinée, nous décidons d’aller au Mirador privilégié pour observer des Condors avant le départ du canyon. Nous prenons le bus local pour y aller tôt le matin (départ à 7:00).

Les condors sortent de leurs nids situés dans la falaise d’en face, pour aller à la recherche de leurs repas. Après 30-45 minutes à les voir au loin, l’une d’entre elle a eu la bonne idée de nous faire un show ! Nous n’avons observé que des femelles, les mâles se distinguent avec une bande blanche autour du cou. Cet oiseau immense peut atteindre 3m d’envergure.

Et pour finir ce spectacle en apothéose : des lamas !!! (Ne jamais oublié les lamas, surtout que ce seront sûrement les derniers que nous allons voir. Pauline est déçue, pour en voir beaucoup, c’est ici)

Nous avons vraiment adoré cette ville, son ambiance et sa région. Après ça, on change de décor, on prend la route vers le désert et on remonte un peu dans le pays : direction Huacachina.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est signe_jopo.png


2 réflexions sur “Arequipa et sa région

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s