Le Salar d’Uyuni

Amérique latine, Bolivie

Du 11 au 14 octobre 2019

Après 3 semaines au Chili et le final en apothéose à San Pedro de Atacama, il est temps de passer du côté Bolivien.

Nous avons choisi de passer la frontière Chili/Bolivie avec un circuit organisé pour découvrir le désert d’Uyuni, mais pas seulement. Les prix sont un peu plus chers que si l’on prend un tour depuis Uyuni ou Tupiza, mais partir de San Pedro de Atacama nous semblait être une bonne option, pour passer tranquillement d’un pays à l’autre et éviter de faire trop de route (aller à Uyuni en bus, puis prendre un tour pour le désert). Des départs sont prévus tous les jours depuis SPA et beaucoup d’agences proposent ce tour. Pour choisir la notre : Lithium, nous avons été à l’office de tourisme pour consulter le registre des réclamations et cette agence, n’avait que des bons commentaires.

Jour 1: passage de la frontière et premiers pas boliviens

Départ 6h20, le réveil a été dur et apparemment aussi pour notre chauffeur qui ne nous avait pas sur sa liste. Heureusement que nous avions la facture. Nous récupérons quelques passagers dont JP et Nina (rencontrés à San Pedro de Atacama) pour mettre les voiles direction la douane à plus de 4000m d’altitude. Notre chauffeur, pour cette partie de trajet, nous explique son point de vue, très mesuré bien sûr, sur la Bolivie. Il nous dit que le pays a environ 40 ans de retard à tous niveaux et que les guides boliviens ne serviront qu’à nous montrer les toilettes ! Au moins il a le mérite d’être cash !

Une fois la frontière chilienne passée, nous voici juste avant le Bolivienne. Mais avant de la franchir et en attendant notre chauffeur-guide pour la Bolivie, place au petit déjeuner copieux. Le seul hic, c’est que c’est dehors avec un vent assez intense. De quoi être bien réveillé ! A peine le temps d’être congelés et d’avoir des stalactites au bout du nez que notre chauffeur Omar nous rejoint. Nous nous mettons en route sur les sentiers Bolivien !

Lagunas blanca y verde

Pour s’y rendre, aucune  »vraie » route. En guise de chemin, ce sont des traces d’autres voitures dans le sable et les cailloux. Nous arrivons jusqu’à l’entrée de la réserve naturelle « Eduardo Avaroa » où il nous faut payer l’entrée du parc mais qui donne un accès durant 4 jours.

On commence par des petites lagunes dont la laguna blanca qui s’appelle comme ça à cause de sa forte teneur en calcaire. Les montagnes s’y reflète comme dans un miroir. La laguna verde doit sa couleur verte à une forte concentration de cuivre.

Désert de Salvador dalí

Ce désert a été renommé par des touristes qui trouvaient que ça ressemblaient à une oeuvre du célèbre peintre Dalí. Toutes les petites anecdotes de ce séjour nous sont données par notre guide Omar, qui est bien plus haut que nos attentes. Il nous donne des indications sur les lieux qu’on visite, des conseils, joue le photographe, il est au top !

Termas de Polques

Thermes naturels dans le désert, avec une eau à 35 degrés toute l’année. Le tout avec une petite vue sympathique. On y fait un arrêt d’une quarantaine de minutes, ce qui nous permet de bien profiter. L’entrée est de 6Bs, soit rien, comparé aux thermes de Puritama, au Chili.

Geysers Sol de Mañana

Les geysers sont situés à 4850 m d’altitude. Le paysage fait penser à un décor de film sur Mars : terre rouge rosée avec avec une boue grise due à l’argile. Notre chauffeur, très inspiré, décide de nous faire une vidéo en slow motion sortant de la fumée d’un geyser (cette scène a été réalisé par des professionnels. N’essayez pas de réaliser ceci chez vous.).

Mais avant d’assister à ce spectacle, Omar nous a appris à  »cocear ».

C’est à dire prendre des feuilles de Coca, les mettre dans la bouche entre les dents et la joue et un catalyseur (souvent du sucre). Le but est de faciliter entre autre l’oxygénation et donc, supporter la haute altitude. Mais les locaux l’utilisent aussi contre la fatigue, pour supporter l’effort… Chaque jour avant d’en prendre, il faut faire un don à la Pachamama, et donc lui laisser quelques feuilles de coca et elle sera reconnaissante en retour.
Cela nous a bien servi car juste après les geysers nous sommes montés jusqu’à 4905m d’altitude, notre record à l’heure actuelle.

Laguna Colorada

Lagune rose/orangée magnifique où on a vu un troupeau entier de LAMAS 😍 pas farouches (ni attachés, ni dressés). Cela a attiré notre attention pendant un moment !!
Le rose est dû aux micros organismes du type mini-crevettes. Celles qui rendent les flamants roses ! D’ailleurs il y en a plein qui vienne se restaurer.

Attention petit spam de lamas !!! 

Jour 2

Rocas Volcánicas

Appelé aussi Ciudad Italia ou ville italienne car des touristes italiens trouvaient que l’endroit ressemble à Pompei. Nous avons admiré et parfois grimpés sur un dromadaire, la coupe du monde, un trou en forme lapin et un petit sommet donnant une vue magnifique sur l’ensemble des environs. Omar a joué les photographes et s’est surtout amusé avec les spécificités du nouveau téléphone de Nina.

Laguna Vinto

Arrêt bref mais intense au bord de cette lagune infestée de moucherons.
Merci Nina et JP de les avoir attirés !
C’est aussi à cet endroit qu’on a eu un Best of de lamas déféquant…
D’où le présence de moucherons….? 🤔

Laguna Negra

Petite balade pour se rendre à la lagune noire située au milieu des roches volcaniques. On rencontre un phénomène étrange dans cette zone aride: les bofedales. Ce sont des zones humides d’altitude considérées comme des pâturages avec une humidité permanente qui permet d’alimenter la faune locale. Nous avons donc croisé encore des canards et des lamas (on ne s’en lassera jamais !).

Canyon de l’anaconda

Ce canyon doit son nom à la forme de la rivière qui le parcours. En venant tôt le matin, on peut admirer des vols de condors tout le long du canyon.

Villa Candelaria

Nous avons passé la soirée dans l’hôtel de sel en jouant au Uno et prenant l’apéro avec de la bière et du vin local. On a même été surclassé dans une chambre matrimoniale car l’agence n’avait pas fait la réservation. Tout est fait en sel : les murs, les meubles, le lit… C’est assez particulier, mais on a adoré. Mais avant, nous avons fait un stop dans une ville un peu déserte où passent quelques trains.

Jour 3: Salar d’Uyuni

Nous arrivons sur le clou du spectacle, sur la cerise sur le gâteau, bref nous voici dans le salar d’Uyuni.

Incahuasi (île aux cactus)

Départ à 4h du matin pour aller admirer un lever de soleil sur l’île aux cactus. Il y a environ 80 autres îles dans le salar mais les touristes ne sont pas invités à y aller afin de protéger les îles et le salar, ce que on trouve normal ! Le lever de soleil est vraiment impressionnant avec cette étendue de sel à perte de vue et entouré de cactus.

Séance photos/vidéos

Notre guide Omar, a été fortement inspiré en ce qui concerne les photos et vidéos dans le salar ! Comme le dit le proverbe, une photo vaut mieux que mille mots !

Isla de Banderas

Gros point touristique du tour et dernier arrêt avant de sortir du salar avec un îlot, où flottent une multitude de drapeaux venant du monde entier ! Un peu plus loin, un monument sur l’événement du Paris-Dakar qui a eu lieu plusieurs années de suite en Amérique Latine, jusqu’en 2019 ! (logique…)

Cementerio de trenes – Cimetière de trains

Ça y est nous arrivons à Uyuni, terminus tout le monde descend. Avant de clôturer notre tour par un petit resto, nous visitons le cimetière des trains. En Amérique Latine, les réseaux ferroviaires n’ont pas été bien entretenus pour divers raisons (tremblement de terre, laissé à l’abandon…). On a joué nos cascadeurs avec JP en montant sur les carcasses de trains, en sautant de trains en trains, bref on s’est amusé comme on a pu ! Mais le site n’a pas un grand intérêt pour nous.

Une fois l’excursion finie, nous filons à la recherche d’un hôtel pour le soir. Notre réceptionniste nous a vendu du rêve, il ne comprenait pas du tout ce qu’on voulait. Nina et Pauline lui ont expliqué pendant 10 min qu’on voulait 2 chambres pour 2 ! Sinon entre 2 clients (autant dire des heures car on est en basse saison), il chantait avec sa musique dans les oreilles ! Joli brin de voix… Ou pas !

Nous ne savons pas trop la suite que va prendre notre voyage dans le pays car le climat est un peu en tension en vue des élections présidentielles dans une semaine. Mais le lendemain, on prend tous un le bus pour Sucre ! Le trajet va s’annoncer salé !

Johann & Pauline

5 réflexions sur “Le Salar d’Uyuni

  1. CC Pauline et Johan quel plaisir de vous suivre. Par contre prudence les nouvelles médiatiques qui nous sont donnés sur la Bolivie ne sont pas réjouissantes. Bises de la Verderie
    vero

    J'aime

  2. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s