Bariloche

Amérique latine, Argentine

Du 22 septembre au 26 septembre 2019

Les paysages sur la route donnent un avant goût de ce que l’on s’apprête à voir autour de Bariloche.

Cette ville est aussi nommée la « Petite Suisse », en plein milieu des Andes. On arrive dans une ville construite majoritairement en chalets de bois. Ça rappelle la Haute-Savoie où Johann a grandi. D’autant plus que les paysages sont verts, dénotant avec la partie quasi désertique que nous avons faite les semaines auparavant. La ville est plantée sur les abords d’un lac avec en fond, des monts enneigés (nous on fond !). Et nous, nous pouvons l’admirer depuis notre hôtel.

On a choisi notre hôtel sur une liste d’auberges de jeunesse ayant des particularités appréciables en Amérique du Sud. Et là, c’est une vue imprenable sur le lac depuis le 10éme étage d’un immeuble en plein centre.

Jour 1 : le centre ville

Etant arrivé en début d’après-midi, on en profite pour visiter le centre ville et surtout manger local : du chocolat !!! (Depuis notre départ, on n’a pas trouvé un seul chocolat digne de ce nom car ils exportent quasi tout le bon cacao.) On goûte alors un chocolat chaud et un alfajores. On en trouve partout dans la rue principale où les chocolateries font concurrence aux magasins de souvenirs.

La fondue, la fondue, la fondue !! Un rêve pour Johann qui a hâte de manger du bon fromage. C’était bon, mais ça ne vaut pas un bon fromage français.
Tant pis, Bariloche a tout de même le chocolat pour se rattraper.

Jour 2 : Cerro Llao Llao

Ce matin, on prend le bus direction le mont Llao Llao. On commence à marcher vers le Mirador del Lago Moreno. On a fait le chemin en moitié de temps que prévu, donc on se chauffe pour faire la grande boucle. C’est parti pour 13km dans la forêt, mais les sentiers sont assez bien balisés. On fait un petit détour juste avant de monter au point de vue sur le lac. Et là, on tombe sur des ruines et une vue impressionnante, en bord de lac. On a croisé des arbres (marrons ci-dessous) assez spéciaux, qui poussent uniquement dans cette partie de la planète.

On rebrousse chemin pour faire l’ascension du cerro Llao Llao. De temps en temps, les arbres se poussent pour laisser une vue sur le lac. Et enfin en haut, on est perché sur une grosse roche, au dessus du vide avec une vue à 180°. On peut voir les bras du lac Nahuel Huapi et le lac Moreno que nous avons fait ce matin. Après en avoir pris plein les mirettes, on retourne au port pour reprendre le bus vers Bariloche.

Jour 3 : Lago Gutiérrez

Aujourd’hui au programme, encore une rando. En fait, Bariloche c’est un peu entouré de montagnes donc soit tu skies soit tu marches. Vu notre amour du ski, on marche. On prend donc un bus direction le lac Gutiérrez, le but étant d’aller au Mirador, en passant par une petite cascade. La montée est assez raide et il faut vraiment le vouloir pour arriver en haut. J’ai encore mal aux cuisses d’hier alors que l’ascension est un peu plus difficile ! Mais bon, comme à chaque fois, on est content d’arriver aux miradors et d’avoir une vue spectaculaire sur les environs. De là, on peut même voir les pistes de skis.

Et puis le soir, sur les recommandations d’une française croisée plus tôt, on se rend à la chocolaterie RapaNui. Apparemment, c’est un incontournable, on ne peut pas avoir visité Bariloche sans avoir manger des fra-nui. Qu’est ce que c’est ? Des framboises enrobées de chocolat blanc puis au choix chocolat noir ou lait. Bref, c’est une tuerie. Et puis, comme on est gourmands (et qu’on a beaucoup marché) on se commande aussi un gaufre. Le petit plus : de la pâte à tartiner artisanale 😍.

Jour 4 : Cerro Campanario / Colonia Suiza

Ce matin là, on a décidé d’aller faire nos touristes et prendre le télésiège pour arriver en haut du Cerro Campanario. Sauf qu’on s’attendait pas à ce prix (450$ soit plus de 7€ pour deux minutes), donc on a choisi de monter à pieds… J’avoue que j’ai détesté Johann à ce moment là et pendant toute la montée. Depuis notre arrivée à Bariloche, on a fait des randos crescendos en difficulté et là c’était l’apothéose. 200m de dénivelé en 1km, sur le papier ça fait pas peur mais en vrai, ce n’est que de la montée sans aucun plat 😱. Ce mirador là, on l’a mérité plus que les autres.

Après l’ascension de la mort, direction le village Colonia Suiza. Comme on dit, après l’effort, le réconfort. Johann teste le Curanto, spécialité locale où les viandes et les légumes sont cuits à l’étouffé sous une couche de feuille, toile de jute et terre. Et pour moi, ça sera de la truite, directement venue du lac.
Ce petit village est accessible par deux lignes de bus, mais les animations ne se font que le mercredi (merci l’office de tourisme pour l’info) et le samedi. Les autres jours de la semaine, Colonia Suiza ressemble plus à un joli village fantôme.

Pour notre dernier soir à Bariloche, on profite du coucher de soleil au bord du lac. Demain, on quitte l’Argentine après deux mois passés dans ses terres. On emporte quelques souvenirs comme le maté dont Johann est devenu un fan inconditionnel : maté todo el dia.

Le mate (maté en français)

Le maté est l’infusion nationale en Argentine. Cette plante est produite essentiellement en Amérique Latine, plus précisément au Paraguay et en Argentine.
Le maté est préparé comme le thé en infusant ses feuilles. (un peu plus amer que le thé)
Les Argentins en consomment à tout moment de la journée, sirotant dans leur calebasse.

Pauline

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s