Road trip Noroeste Argentine

Amérique latine, Argentine

Du 10 au 24 août 2019

Alors là c’est un pavé qui s’annonce ! 15 jours de vadrouille à bord d’une petite Chevrolet.

Dans d’autres articles, on détaillera certains de nos stops qui nécessitent un peu d’approfondissement. Et surtout pour vous faire voir la montagne de photos qu’on a pu prendre 😄.

Purmamarca

Premier stop de notre roadtrip. Miguel, notre dernier hôte nous a suggéré de prendre les petites routes sinueuses pour y arriver et on bien fait de l’écouter. On traverses les premiers monts, les courbes sont parfois serrées et on met plus de temps mais ça nous met l’eau à la bouche. Après 3h, nous arrivons enfin à Purmamarca. La ville est toute petite, pleine de folklore : des maisons colorées et un grand marché sur la place centrale. Lieu de passage, elle est remplie de touristes (des bus affluent tout au long de la journée) donc nous préférons passer dans les petites rues désertes.
Etant donné qu’il n’est que 15h, nous nous dirigeons directement vers les Salinas Grandes.

Salinas Grandes

C’est un désert de sel à 50km de là. Si vous voulez voir nos œuvres d’art photographiques c’est par ici

La nuit tombée (et le froid avec), on rejoint Purmamarca pour passer la première nuit dans la voiture et quelle vue cela nous offre : la montagne aux 7 couleurs (les détails c’est par là) encerclée d’étoiles et éclairée par la lune.

Le lendemain matin, on fait quelques mètres pour prendre notre petit-dej sur un des points vue donnant sur la montagne. Il fait un peu frais mais cela vaut la peine d’affronter un peu de vent pour admirer la vue.

Tilcara

On devait s’y arrêter pour voir le fort de Pulcara, mais malheureusement il était fermé car c’était jour de vote. Avec la chance qu’on a, il fallait qu’on vienne le seul jour de l’année où il est fermé. Mais bon, on profitera donc d’une balade dans cette petite ville.


On aura la chance de revenir quelques jours plus tard pour découvrir un bar à bières artisanales et un restaurant de produits locaux. Ben quoi, il fallait bien se consoler et surtout revaloriser la ville face à l’échec de la dernière fois : chose faite !

Humahuaca

Non loin de là, on rejoint Humahuaca (Les photos c’est par là) où les rues sont désertes et la plupart des boutiques sont fermées. On comprend alors que les jours de vote, il ne faut pas avoir grande ambition puisque le vote est obligatoire en Argentine. Le lendemain, on prendra la route direction la montagne aux 14 couleurs (pour la voir de plus près, c’est par là). L’après-midi, on reviendra pour faire quelques achats souvenirs (The place to shop !).

Iruya

C’est là le début des embrouilles (et des fous-rires aussi). Ne serait-ce que par l’état de la route : route n’est pas approprié, disons plutôt chemin. 50km de pistes nous attendent, et on doit faire assez vite pour arriver avant la nuit tombée.

2h30 plus tard, on est tout content quand on arrive enfin en haut du village, lorsqu’un homme nous fait signe et par la vitre, nous dit qu’on a un pneu crevé. Un peu désespérés, on redescend quelques mètres jusqu’à un garagiste qu’on avait repéré par hasard (ou peut-être pas). Et là… ce n’est pas un mais DEUX pneus qui sont crevés (rectification : un pneu crevé et un autre qui faisait « psssst » en continu. Ce qui m’a bien fait rire… On n’a quasiment crevé de notre vie et il faut qu’on crève (enfin… Pauline) 2 pneus d’un coup au fin fond de la pampa !. Il est 19h, il y a du brouillard, il fait froid, il fait nuit, quelle m****. On n’a pas envie de galérer et il y a un hôtel juste derrière le garage avec une chambre de libre donc nous ne nous faisons pas prier. Le lendemain, de bonne heure (10h), on doit aller chercher le gomero (garagiste pour pneus) directement chez lui avant de revenir au garage pour nous rafistoler nos pneus. Deux heures plus tard, on est prêt à reprendre la route pour 200km.

La Quiaca

Ville frontalière avec la Bolivie, qui n’a pas grand-chose à offrir au niveau touristique. Cependant, les routes pour y arriver sont belles, et surtout, on croise plein de lamas.

Nous avons tenté d’aller à la Laguna Colorada mais l’hiver, tout est asséché et du coup la lagune est vide… (On a pris un risque car la route était similaire à Iruya). Dommage car l’office de tourisme nous avait vendu les oiseaux, une eau rose…. Ça sera pour une prochaine fois, mais on a quand même vu des lamas !!! Du coup, on se dirige vers Yavi, un petit village avec ses maisons faites en terre. Vous l’aurez compris c’est pas notre coup de cœur du voyage mais c’était à voir quand même.

Cafayate

Les choses intéressantes : notre partie préférée et vous allez vite deviner pourquoi (Alerte Spoiler dans 2 phrases) !! Déjà le chemin pour y aller est fou, on traverse la Quebrada de las Conchas et le paysage est désertique avec des couleurs ocres / rouges qui changent de notre environnement européen. L’attraction touristique, et la nôtre aussi, est la zone viticole : ses bodegas (caves) à visiter et surtout qui proposent des dégustations.

Pour lire les détails de Cafayate cliquer ici

Quilmes

On quitte la région de Salta pour celle de Tucuman, plus au Sud, où les ruines de Quilmes nous ont été recommandées par un couple d’argentins croisés à Cafayate. Quand on voit l’état de la route, on hésite (encore de la route de pierres). Mais avec nos pneus changés, on se le tente (on a dû repasser à Salta pour se faire changer les pneus…). 5km plus tard, on arrive face à une montagne où l’on n’aperçoit que des demi-murs. Il nous faut payer 100$ et l’on peut s’aventurer dans ces ruines. Mais avant, on a la chance de croiser un renard gris, juste devant la voiture.

Il s’agit des ruines d’un peuple indigène qui a dû quitter le village durant la Conquista et certains ont été déportés à Buenos-Aires. Cette agglomération a été reconstruite en partie (seulement la base des murs) afin d’en faire un musée de l’une des plus grosses colonies préhispaniques.

Amaicha del Valle

Petit village à quelques km de Quilmes. La route est belle, ce qui nous permet d’arriver rapidement pour profiter. Mais c’était sans compter que nous sommes dimanche et que tout est fermé… On profite alors d’un peu de temps hors de la voiture, on prend un maté sur une des balancelles de la place principale (avec le « Poussin Piou » en fond) avant de continuer la route vers Tafi del valle.
Le lendemain, nous faisons un arrêt à Amaicha pour faire la route de l’artisanat. Sauf qu’encore une fois, c’est un semi-échec. La ville n’est pas très touristique et du coup les artisans notés sur cette route n’ont rien chez eux et vendent tout à la coopérative et il faudra attendre 17h pour l’ouverture. En attendant, on part donc visiter le musée de la Pachamama (terre mère), en prime : la visite guidée.

Tafi del Valle

La route fut tout autre pour y arriver. Un épais brouillard nous a accompagnés durant les 50 km de route sinueuse. La ville ne nous a pas charmées donc on y passe la nuit et on reviendra vers le nord dès demain. 

Cachi

Après des heures de route (ici tout est proche en distance mais au final avec les routes sinueuses et/ou non goudronnée, on arrive vite à faire minimum 3h de route). Les paysages pour y arriver sont vraiment différents. On commence par une forêt ultra-fournie, presque la jungle ; puis les montagnes habituelles apparaissent, dénudées de végétation. De loin, on dirait du velours tellement elles paraissent lisses. Sur la route, on s’arrête pour acheter des épices cultivés dans les 10km environnants : piments, cumin, safran, herbes en tout genre, ail… Un festival de goût et de couleurs.

Arrivés à Cachi, on se rend à l’office du tourisme pour trouver un hôtel : la nuit s’annonce froide donc on ne prend pas le risque de se congeler dans la voiture. Le long d’une promenade vers le site archéologique (inexistant), faute d’avoir vu quelque chose Johann monte vers le mirador Sud de la ville. Le lendemain, on se rend au mirador Nord pour avoir une vue globale sur la ville mais aussi le mont enneigé (Nevada de Cachi) de la région. Ce sont des neiges éternelles mais au vu du climat chaud et sec, elles seront peut-être disparues dans quelques années (les pluies et neiges se font de plus en plus rares au fil des années). Comme à l’accoutumé, le cimetière est placé au meilleur endroit de la ville : sur la colline du mirador, et son mur d’entrée parait être une façade d’hôtel.

San Antonio de los Cobres / Tren a las nubes

Dernière étape et pas des moindres, je l’attends depuis le début. Pour savoir comment c’était : Cliquer ici.

Salta

Salta : et oui… Retour à Salta un jour plus tôt dans un hôtel très sympa avec jardin dans la cour intérieure . Le road Trip ça fatigue (surtout quand notre matelas n’est autre que le siège de la voiture) et du coup on profite d’avoir un jour pour se poser avant une nouvelle étape ! Nous décidons donc de ne faire que le strict minimum. C’est à dire: mettre à laver le linge (qui en besoin), la voiture (qui est dans un état lamentable), manger des légumes (ce qui est rare dans ce pays), mettre à jour le blog (essayer), prendre du bon temps et GOUTER au Charleston. C’est déjà pas mal !

Comme vous le lisez, on n’a pas toujours eu de la chance durant notre parcours mais cela fait partie du voyage, cela fut compensé par des paysages et rencontres incroyables et surtout une chance de dernière minute pour faire l’attraction que je souhaitais.

Le voyage en bref :

14 jours, plus de 2500km, deux pneus crevés, des centaines de lamas, des montagnes (toutes différentes) à perte de vue, des verres de vin, des fous rires et des étoiles pleins les yeux ! Louer une voiture nous a permis d’avoir plus de liberté que si on avait tout fait en transports en communs. Cela nous a aussi permis de prendre le temps et de choisir au dernier moment où on allait, où on dormait… Bref, c’était top et maintenant retour à notre rythme habituel, demain 10h de bus pour La Rioja, un peu plus au sud du pays.

                Pauline (et Johann)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s